Présentation du cercle BAFOULABE

Sans entrer dans les détails d’un aperçu historique riche en événement nous retiendrons que Bafoulabé, link devenu cercle autonome le 16/06/1895 couvre une superficie de 20120 Km² et est situé entre le 11ème et 10ème degré Nord d’une part, medicine le 9ème et 14ème degré de longitude Ouest d’autre part.

1-1Au plan physique : il est limité :

  • au Nord par les cercles de Diéma et Nioro du Sahel,
  • au Sud par le cercle de Kéniéba,
  • à l’Est par le cercle de Kita,
  • à l’Ouest par le cercle de Kayes.

Le cercle se présente comme un ensemble de plante de plateaux et de collines. On rencontre à la sud immense plaie parsemée de montagnes pouvant atteindre 300 à 400 m d’altitude.

Au Nord, le relief est encore plus accidenté et dominé par des chaînes de montagnes allant jusqu’à 534 m d’altitude.

Le climat est de type tropical humide pré guinéen au sud et sahélien au nord. La végétation est composé de nombreuse essence et haute herbe aussi varie. Le réseau hydrographique est constitué essentiellement du fleuve Sénégal et de ces affluents : le Bafing et le Bafoye qui prennent leur source en Guinée. On note également la présence d’une multitude de rivière à régime saisonnier dont les principaux sont : le Kétiou, le Samana, le Kankou et le Dounanko.

La faune riche et variée est de plus en plus éprouvée par la rareté des points d’eau, l’action des bergers transhumants, les de bourse et le braconnage.

&-é Au Plan humain :

Selon les données du dernier RACE, la population du cercle est évoluée à 170159 habitants répartis entre les groupes ethniques suivants : les malinkés au sud, les les khassonkés au centre et  au nord les sarakolés et diawambés surtout au nord et les Bambara vivant notamment au centre. La densité moyenne oscille entre 5 et 7 habitants par km². La religion dominante est l’Islam qui cohabite pacifiquement avec les autres confessions traditionnelles et chrétiennes.

1-3 Au plan économique :

Les principales activités économiques sont l’agriculture, l’élevage, la pêche, le commerce, l’artisanat, la cueillette et l’orpaillage ou recherche de pierres précieuses. Nous retiendrons également, notamment dans la partie nord du cercle, l’impact incontestable d’un phénomène migratoire toujours actif vers l’Europe ou l’Afrique centrale.

Après la fermeture de l’usine d’extraction de marbre de Sélinkégny, la principale unité industrielle demeure le barrage de manantali.

1-4 Au plan touristique :

De nombreux sites touristiques qu’il faut sauvegarder et promouvoir sont les temoingnages d’une histoire riche en événements de portée locale, nationale ou même universelle. En effet, nous retendrons entre autre : les tatas de Koundian et Diallan, la tombe de El hadj Oumar Sabou SOUARE à Diakaba, le confluent du Bafing – Bakoye, le fort de Badumbé et Dioubéba, l’école des fils de chefs de Babaroto et le barrage de Manantali. Le cercle de Bafoulabe est situé à 160 km de Kayes.